La mort de Sezgin Dağ doit être élucidée!

barrikade.info, Communiqué de presse sur le réfugié kurde Sezgin, 23.12. 2020


Photo de Migrant Solidarity Network


Le communiqué de presse ci-dessous concernant le réfugié kurde Sezgin Dağ (41 ans), qui séjournait dans un centre d'asile bernois et qui est décédé d'une crise cardiaque le 13 novembre 2020 dans un taxi en route vers l'hôpital, a été rendu public le 21 décembre 2020 à Berne devant le Secrétariat d'État aux migrations.


Seize organisations ont signé le communiqué de presse et plus de 60 personnes ont participé à l'événement.


Après l'événement, une rencontre a été organisée avec une fonctionnaire du SEM et il a été demandé qu'une enquête efficace soit menée et que les responsables soient découverts.

La fonctionnaire du SEM, qui a exprimé ses regrets et dit qu'il s'agissait d'un événement tragique, a promis une véritable enquête.


Les organisations et les amis, parents de Sezgin Dağ, qui ont participé au communiqué de presse, ont déclaré qu'ils suivraient l'affaire pour la justice et pour empêcher la mort de nouveaux Sezgins.


Nous estimons que la mort de Sezgin Dağ, qui se trouvait jusqu'au 13 novembre 2020 dans le centre pour demandeurs d'asile de la Grenzstrasse 17 à 3250 Lyss, constitue une violation du droit à la vie et nous voulons que les responsables soient tenus de rendre des comptes devant la loi.


Sezgin Dağ était connu pour son identité politique et d'opposition. En Turquie, il était un membre actif de l'ESP (Parti socialiste des opprimés), du HDP (Parti démocratique des peuples) et de l'IGIF (Fédération des travailleurs immigrés en Suisse). En tant que réfugié politique, il avait déposé une demande d'asile en Suisse.


Sezgin Dağ était également un survivant de l'attentat terroriste de Suruç. Cet attentat a eu lieu le 20 juillet 2015 dans la ville frontalière turque de Suruç. Un kamikaze de la milice djihadiste IS (État islamique) avait tué 33 jeunes et blessé plus de 100 personnes. Sezgin Dağ était l'une des victimes grièvement blessées. Cet attentat terroriste visait un rassemblement d'environ 300 jeunes kurdes et gauchistes qui voulaient se rendre de Suruç à la ville kurde de Kobané en traversant la frontière syrienne, distante d'une dizaine de kilomètres seulement, afin d'aider à la reconstruction et d'apporter de l'aide. Kobané a été assiégée et détruite pendant des années par la milice djihadiste IS. Sezgin Dağ a reçu des soins médicaux pendant des années après l'attaque et a porté jusqu'à sa mort les éclats de la bombe dans son corps.


Lors de sa demande d'asile en Suisse, il explique aux autorités compétentes non seulement les condamnations politiques dont il fait l'objet, mais aussi son état de santé critique. En effet, non seulement il devait lutter contre les éclats d'obus dans son corps, mais il souffrait également d'une maladie coronarienne. En Turquie, Sezgin avait été victime d'un infarctus du myocarde et, après sa guérison, on lui avait posé un stent.


Il a demandé aux autorités en Suisse de lui fournir un traitement approprié pour son état de santé critique. Il a demandé le droit à la vie et à la santé.


Nous avons de sérieux doutes quant au fait que Sezgin ait reçu des soins médicaux appropriés pour son état de santé sensible.


Il y a des infractions et des négligences évidentes qui ont conduit à sa mort. Celles-ci doivent faire l'objet d'une enquête et être incluses dans la procédure d'enquête.

Motif: Le 12 novembre 2020, Sezgin Dağ s'est rendu vers 16 heures à l'hôpital d'Aarberg, Lyss-Strasse 31, 3270 Aarberg, qui fait partie du groupe Insel, en se plaignant d'engourdissements dans le bras et la mâchoire ainsi que de brûlures d'estomac, de douleurs dans la gorge et l'estomac. Il a également présenté cette symptomatologie lors de son infarctus du myocarde en Turquie.


Après nos recherches, un bilan sanguin a été effectué et une radiographie a été réalisée.

Le médecin traitant a diagnostiqué un malaise gastrique et des troubles du rythme cardiaque dus à la boisson énergisante consommée auparavant.

Le médecin a prescrit un analgésique Dafalgan et un autre médicament contre ses brûlures d'estomac.


Sezgin a été renvoyé au centre d'asile avec ce diagnostic et les médicaments.

Au cours de la journée, son état n'a cessé de se dégrader. Ses amis ont averti de manière significative le responsable du centre d'asile de son état de santé.


Vers 22 heures, la situation est devenue très critique et le pronostic vital de Sezgin était engagé. Selon des témoins, il avait de l'écume à la bouche et pleurait. Il s'est pris dans les bras, a crié "Mon cœur, mon cœur !" et s'est crispé par moments.


Dans cette situation critique et potentiellement mortelle, l'employé responsable du centre d'asile a commandé un taxi plutôt qu'une ambulance. Sezgin Dağ, non accompagné, a été conduit seul en taxi à l'hôpital d'Aarberg. Selon les déclarations de la commissaire en chef, il est décédé dans ce taxi le 13 novembre 2020 à environ 00h20.


Nous voulons que la prise en charge médicale de Sezgin Dağ depuis la demande d'asile jusqu'à son décès ; notamment les résultats d'examens ainsi que les traitements du 12 novembre 2020 à l'hôpital d'Aarberg et surtout que la direction du centre d'asile rende des comptes devant la loi pour son irresponsabilité à préférer appeler un taxi plutôt qu'une ambulance dans une situation aussi critique et dangereuse pour sa vie, et que le ministère public dévoile l'enquête.


Le manque de contrôle des institutions publiques dans les centres d'asile privatisés conduit à de tels événements.


Il est irresponsable et nous considérons que c'est une discrimination envers tous les réfugiés que la société autorisée ORS n'ordonne pas à ses employés d'appeler une ambulance dans de telles situations où leur vie est en danger.


Cela nous montre que le profit de la direction est plus important que la vie humaine.

Les coûts excessifs des services d'ambulance sont également un défaut important du système de santé suisse.


Nous sommes tristes d'avoir perdu notre fils, notre frère, notre cousin et notre ami.

Les responsables ainsi que le système, qui portent une part de responsabilité dans ce décès tragique, doivent être mis en cause.


Toutes les démarches juridiques nécessaires doivent être entreprises et, afin d'éviter la mort d'autres Sezgins, les dispositions nécessaires doivent être prises de manière inconditionnelle et urgente.


https://barrikade.info/article/4103

4 vues